Les fleurs

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

    C’est incroyable. Il y en a de tous les côtés où elle regarde. Des bleues, des rouges, des vertes aussi. Des fleurs partout, autour, dessus, dessous. Elle ne pensait même pas qu’un tel lieu puisse exister. Elle saute de joie, de bonheur aussi. Elle n’avait jamais senti cela, une densité si intense de sensations, comme un bocal qui déborde, déversant son contenu sur ce qui l’entoure, bon ou mauvais. Elle fait comme dans les films : elle s’écroule sur le dos et mime le papillon. Une vraie gamine, mais pas plus que d’habitude au fond, elle s’autorise juste à exprimer ce qu’elle ressent. Mais quand même, c’est dingue, l’impression d’être sous hélium, ou plutôt d’autres substances très diversifiées. Ça lui fait du bien. Elle se rend compte qu’elle n’a pas besoin de puiser dans cet excipient-là, elle n’a besoin de rien, en réalité. Elle ouvre grand les yeux : tout est là, au creux d’elle, elle n’a qu’à puiser à cette source inaltérée, à se plonger dans son onde fraîche et pure.
    Elle se rebiffe à cette pensée. Elle n’est pas une sirène, elle n’est pas une écervelée.
    Une brise légère soulève un voile de pétales colorés, lui en déposant un sur le nez. Elle éternue. Oui, bien sûr, le bonheur n’a rien à voir avec la niaiserie, il est suffisamment volatile pour prendre toutes les formes que l’on veut. Ce n’est pas déchoir de son reflet, ce n’est pas céder à une faiblesse cachée. Il est question de retrouver ce que l’on a enfoui, une bonne idée en soit. Elle a de la chance en plus. La plupart n’ont que des squelettes poussiéreux et des cadavres moisis. Ils ont trop attendu pour se pencher sur ces trésors en eux. Elle, elle a un coffre magique qui explose de poudres colorées. Elle n’a plus qu’à ajuster ses pinceaux, et les dessins qui surgissent sont éclatants, beaux, tout simplement. Un vrai miracle, celui de pouvoir écrire et peindre ses rêves et ses envies.
Et puis merde alors ! En quoi revivre l’insouciance qu’elle n’a pas eu depuis longtemps lui serait-il interdit ? Rien ne l’oblige à porter le poids des chagrins, des errances, de ceux qu’elle a croisés.
    Alors oui, il y a celle-là, cette drôle de plante qui traîne dans le salon. Elle semble desséchée, flasque, inerte, et elle l’est d’ailleurs ! Mais ce n’est pas sa graine, elle n’a pas à s’en préoccuper. Elle l’a accueillie, lui a donné le terreau pour grandir, maintenant, si cette pousse ne veut pas germer, il ne lui appartient plus de s’en soucier. Elle a joué son rôle, elle doit le reconnaître. Qu’elle la fiche sur le balcon, dans un jardin public, sous un tronc, on s’en fout, ce n’est plus son problème, qu’elle l’accepte ou non. Elle n’est pas responsable de la pluie et du beau temps, que l’autre plante ses racines enfin, si elle ne veut pas crever.
    Ah, elle se cabre encore.
    Elle se croit jardinière d’une pépinière déviante, c’est ça ? Elle n’a pas la main verte c’est sûr, cet autre cactus en est l’illustration. Lui est parti en graine direct. Il est allé se greffer sur un tronc biscornu, sans un salut, ni un merci pour le cocon qui lui a été construit.
Voilà bien son drame : que ça pousse ou que ça ne pousse pas, elle n’arrive pas à l’accepter, quelle dérision ! Peut-être est-ce une bonne fortune, en fait : ces herbes folles ne lui conviennent pas, et c’est tant mieux. Elle n’a plus qu’à les ignorer, les laisser se frotter aux éléments. Elle a d’autres priorités maintenant.
    Elle se construit une serre, un jardin, un parc, une forêt. Elle n’a plus que faire de ces misérables végétaux du passé. Les fleurs ne sont que le début, une petite plate-bande de rien du tout, qui grandit, se développe en parterre et déferle en cascades colorées et touffues. Ce qui l’attend est si beau, si joyeux. Qu’elle lâche ses misérables outils et fasse confiance à la Vie. Elle s’est assez courbée sur ces mauvaises herbes. Qu’elle sème ce qu’elle a gardé en  elle, bien au chaud. C’est magnifique, c’est puissant, c’est infini.
   Elle pourra alors se lover au creux de ces créations, émue et rassurée, de tant de beauté et de créativité. Elle n’a plus à hésiter

Écrire commentaire

Commentaires: 0