Le mirador

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Sombre et noir, il se dresse dans la nuit striée d’éclairs jaunes. Il écrase de sa masse squelettique les bâtiments qu’il surveille. Il n’a pour toute parure que des barbelés et le reflet d’un fusil qui luit à son sommet.
Il n’est pas amical, il n’est pas accueillant. Il fait tout ce qui est en son pouvoir pour que vous le détestiez : il hurle à pleines sirènes quand vous sortez ; il vous arrache la rétine de son projecteur quand vous le regardez : il vibre au vent mauvais quand vous criez à ses pieds.
Il adore être haï, c’est ainsi, c’est sa condition. Il n’aspire pas au remords, ni à la compassion. Il ne veut que vous voir tordre de douleur et mourir à ses pieds. Il jubile quand il assiste à l’effacement d’une vie qui ne voulait pas s’éteindre en prison. Il ricane aux gémissements de frustration et d’horreur, de réaliser qu’il est un phare noir, un symbole de l’Enfer et de ses puits, érigés sur le sol terrien.
Il ne sert à rien d’autre qu’à écraser et humilier, quiconque veut s’enfuir de ce champ de mort, quiconque espère déjouer le destin dont il incarne le sémaphore, effrayant et guindé, indifférent surtout.
Mais incapable de contenir les assauts répétés de la liberté contre ses poteaux rouillés. Infoutu de comprendre qu’il finira par vaciller. Inepte à saisir qu’il va lui aussi chuter.
Il est une pourriture qui se putréfie, dans la lumière du jour et de ses rayons qui, léchant son amure de fer, emporte seconde après seconde, quelques infimes fragments.

Ce matamore n’est rien d’autre que le reflet de nos obsessions. Que notre aveuglement à prendre les êtres et les choses de haut, alors que tout se joue au ras du gazon.

Abattons ce faux guide, écroulons ce piètre gardien, qui n’a que la valeur que nous lui accordons. C’est tellement facile, de le faire tomber, simplement en ouvrant les yeux à ce qui nous entoure, afin de réaliser qu’aucune prison ne justifie ce geôlier, que celle que nous avons bien voulu tolérer.

Sa chute fera grand bruit, elle est si minuscule pourtant, dans la ronde du monde et la danse des étoiles. Elle fera surtout de la place, à l’édification d’un nouvel espoir, blanc et dressé au cœur de la Création.

Alors, n’attendez plus : abattez-le.

Écrire commentaire

Commentaires: 0