Le rouge-gorge

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Adorable et vivant. On ne peut pas mieux dire pour cet oiseau. Une vraie bénédiction : un chant cristallin, des couleurs vives, une utilité évidente. Un cadeau des cieux, appliqué aux taillis, dans lesquels il fait jaillir la vie, par ses pépiements et ses ébouriffements. On en voudrait 10, 100 des comme lui, partout, tout le temps. Il apporte la gaieté et le courage, la résistance aux prédateurs et l’intelligence du cœur.
Une icône, en fait. Un symbole du miracle de la Nature et de sa variété.

Oui, on pourrait en remplir toute une page ainsi, de compliments, de louanges, de bonheur, et ce serait mérité.

Ce petit oiseau est en réalité très grand. Humilité, tendresse, prévenance, il a tout pour lui, à chaque instant. Il n’est pas comme d’autres qui se rengorgent et se croient supérieurs en tout. Lui, il ne le dit pas, il le fait, et c’est miraculeux, comme il réussit à avancer, malgré les hivers rudes, malgré les chats retors, malgré les petits et les nichées à surveiller.

Ce rouge-gorge, en plus, celui-là précisément, qui nous est présenté, a tout compris. Il ne pose pas de questions déplacées, il ne cherche pas la petite bête sur du béton gris. Il avance et ne se laisse pas berner par les miroirs aux alouettes, à l’inverse d’autres qui s’imaginent brillants, uniques, et qui finissent à plat sur le pare-chocs d’une rutilante Cadillac, tellement énorme qu’ils ne l’ont pas vue arriver.

Cher rouge-gorge, on va te parler en direct, perso, sans intermédiaire empâté et confus : tu as tout juste. Point. Tu as trouvé ta place, n’en cherche pas une autre. Tu as compris ton élan, ne te réinvente pas. Tu as offert tout ce que tu pouvais, c’est bien, c’est même mieux : rare et précieux.

Alors tu peux continuer, en roue libre, à faire ce que tu fais de mieux : être toi.

Ne te laisse pas abuser par les charlatans de bonheur : tu l’as. Ne te laisse pas embobiner par les cracheurs de feu, ils vont se cramer. Ne redoute pas la famine ou la solitude : cela n’arrivera pas.

Trace ta route, progresse sans frein, vire tout ce qui t’encombre ou te bloque le chemin. Le reste est limpide et serein.

Ah, tu te poses quand même des questions ? Cela paraît trop facile, c’est ça ?
Tu le crois vraiment ? Qu’il est simple d’embrasser sa destinée ? De poser le jalon qui est demandé ? D’ouvrir les bras alors que l’on pense ne rien avoir à donner ?
C’est le plus dur, certains passent toute une vie sans même distinguer les contours de ce que toi, tu as déjà atteint. Tu as été très vite, il est vrai, bravo ! Alors tu peux ralentir si tu veux, bifurquer pour voir là-bas ce petit lac gelé et ces perles d’eau. Chanter encore plus fort et couvrir de ta voix le vacarme polluant. Voler si haut que seuls les nuages te chatouilleront.
Tu peux te faire plaisir, c’est permis, c’est offert, c’est cadeau.

Ce qui t’attend est clair et droit, tu n’as rien à redouter. Alors plane, slalome, rencontre, discute, papote, trille, tout ce que tu veux.

Ton plan à toi, c’est : open bar à volonté. 

Ne boude pas ton plaisir, tu n’y arriveras même pas. Profite, enfin, de cette sérénité.

Écrire commentaire

Commentaires: 0