Le chapeau pointu

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Noir et dressé, il prend la poussière sur une pauvre étagère. Il se morfond depuis des années, dans le silence et dans le noir de ce vieux placard. Il ne peut pas bouger bien sûr, il est condamné à rester cloîtré dans ce coin de maison, faute de soin et d’attention.
Il en aurait pourtant des histoires à raconter, si l’on voulait bien le considérer. Car ce n’est pas un chapeau comme les autres, vous l’avez deviné. Sa texture est de peau de lézard et sa garniture de léopard.
Il n’a pas toujours été ainsi, dans cet attique limité. Il fut un temps où il affrontait les éléments, mais pas n’importe lesquels : les éclairs des sorciers maudits et les flammes des dragons courroucés. Une drôle d’époque, de lutins et de fées, ainsi que de beaucoup de magie. Un temps béni.
Mais les hommes se sont lassés, ils ont oublié les sorts sacrés, ils ont relégué les grimoires de cuir, ils ont délaissé leur part miraculeuse. Pour de l’argent et du pouvoir. Pour de l’or et du désespoir. Un conte si prévisible qu’il en est pitoyable et mesquin, dans sa concrétisation.
Et les trolls se sont cachés à nouveau. Les sorcières se sont faites discrètes. Les animaux fabuleux éparpillés. L’espoir et le rêve envolés. Le chapeau remisé.
Alors, il rêve, de plus en plus, tout le temps même. Des aventures extraordinaires, des combats légendaires, des forces du bien contre des êtres égarés. Son passé.

Mais le chapeau n’est pas triste, il n’est pas résigné. Il sait que toutes les choses ont un début, un milieu et une fin. Que ce qu’il a vécu reviendra, avec une nouvelle génération, avec le prochain soleil, celui qui se lèvera sur l’espoir et la partage, sur la fraternité et le don, sur l’avenir enfin.

Il attend simplement que ce jour survienne, d’ici peu en réalité. Où les couleurs du ciel seront rose et bleu. Où les sourires seront légions. Où les mains tendues étreindront sans circonspection.

D’ici-là, il patiente, luttant contre les cafards et le bourdon, sans même se fatiguer. Confiant, serein, en la capacité du monde à se régénérer. C’est une chance, c’est précieux. Pour lui, pour vous, pour toute l’humanité.

Écrire commentaire

Commentaires: 0