Le cheval à bascule

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Rouge et blanc, le bois poli, par les chaussures et les frottements. Il vous ignore, il file tout droit, le regard fixe et l’œil joyeux. Sait-il qu’il ne va nulle part ? Qu’il fait du surplace depuis toutes ces années ? Lui n’en a pas l’impression, en tous les cas. Il s’élance, il tangue, il remonte, et peut continuer sans se lasser. Après tout, il est heureux. Des enfants à ses côtés jour après jour, sur son échine et ses sabots de bois. Il les porte, les emmène, dans des contrées aux contours inédits, que seule l’imagination peut dessiner. Il trotte, il vole, il louvoie, il n’y a rien qu’il ne puisse accomplir, pour peu qu’il soit guidé. Et guidé, il l’est ! Entre le petit qui s’accroche à ses flancs, les jumeaux qui l’escaladent sans arrêt, et le flot des invités, il ne sait plus où donner de la tête. Une meute de lutins qui le pousse et le traîne partout : dans le salon, dans la chambre, dans le jardin aussi. Une irrésistible compilation d’énergies qui le galvanise et le fait avancer, malgré les sabots scellés, malgré le frein des clous, malgré le sentiment d’être bloqué.


Un cheval à bascule qui n’ira sûrement jamais dans les embruns de plages ensoleillées. Un cheval à bascule qui ne galopera pas à travers les sous-bois. Un cheval à bascule qui ne prendra part à aucune compétition.
Et qui s’en moque royalement !

Il n’a pas besoin de tous ces stéréotypes qui collent à ses semblables vivants. Il méprise ces rêves qui ne lui sont d’aucune utilité. Il rejette de droit ces jérémiades qui ne sont pas pour lui.

Il est autre, il n’a pas à se concevoir autrement ; il raterait tout.

Il n’a nul souci de box ou de manège ; il a beaucoup mieux : un foyer.
Il n’a pas de honte à ne pas sentir le vent, ni les éléments ; il a bien au-delà : les nuages et les étoiles des rêves d’enfants.
Il n’a rien à regretter de ne pas être le plus beau du lot ; il est largement plus que cela : le destrier de l’imagination.

Un cheval à bascule, usé et chahuté : le plus heureux des rois.

Écrire commentaire

Commentaires: 0