La mouette

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Le silence, mais pas que. Le souffle du vent sur les ailes.
Le calme, mais pas que. L’esprit qui plane, rebondit, d’un nuage à un autre.
La légèreté, mais pas que. L’absorption par les éléments, eau, air, lumière.

Il n’y a pas de destination. Il n’y a que le voyage, le sentiment d’être au-dessus de tout, non pas coupé, mais détaché de ce carcan de normes et de contraintes, que soudent le quotidien, les obligations, les rendez-vous.

Juste ailleurs, pour une fois.
Juste au niveau, le meilleur, le plus haut.
Juste embrassant son bonheur, en une égoïste félicité.

Planer, se laisser porter, accepter son guide invisible, s’abandonner aux seules sensations. Être bien. Être soi.

Décider soudain de bifurquer, et ne sentir aucune résistance, aucun doute. Jubiler alors de ce libre arbitre béni. Et rire aux éclats dans le grand ciel bleu, pour soi seul, et c’est déjà beaucoup.

Observer l’agitation en bas, ces foules de petits points noirs, de caisses de métal, de bicoques étriquées. S’en amuser, s’en moquer, non pas contre eux, mais pour sa propre vanité, d’avoir cru tout cela urgent, nécessaire, pressé.

Et se retourner, oui, voler sur le dos. Se rendre compte alors que les perspectives n’ont sont pas et que la Terre et le ciel sont mélangés, qu’ils ne font qu’un, que l’on y est mêlé.

Voir aussi soudain le faucon approcher, mais ne plus avoir peur, ne pas craindre la Mort et son messager. Au contraire, se sentir encore plus vivant à sa vision, ses sens exacerbés, et faire une vrille de joie qui, tiens, éloignera l’importun.

Décider de ne plus s’arrêter, de vivre, de respirer, à chaque seconde pour être empli du bonheur d’exister. Et comprendre que l’on a tout gagné.

Écrire commentaire

Commentaires: 0