Le géant bleu

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Il est immense et pourtant caché. Il n’est pas loin, et pourtant personne ne peut le soupçonner. Il luit avec douceur, sous quelques mètres de roches, attentif et curieux, de ceux qui viennent à lui, inconscients de fouler sous leur pas, un être si merveilleux.
Il s’amuse beaucoup, ainsi, enfoui sous l’ignorance et la pseudo-science ; si proche de leur dire et si intrigué qu’ils n’écoutent pas. Il a tout essayé pourtant, du moins à son niveau,

des chants légers et gais, pour les amadouer,
des signes petits mais gravés, pour leur montrer le chemin,
des grondements ponctuels et frappants, afin de les réveiller un peu.

Mais rien, nada, nothing at all : waste of time only !

Alors il ne se formalise pas, il n’est pas pressé, il y a longtemps que les années coulent sur lui avec respect. Il a matière à s’occuper d’ailleurs, avec ces foules en procession : aux équinoxes, au levant, au couchant et n’importe quand ces derniers temps.
Il les observe creuser, conjecturer, compiler, barricader, monnayer,

bref,

faire ceux à quoi les humains s’occupent le mieux : pédaler dans la semoule et patauger dans l’ignorance crasse, que le monde, le vrai, est à leur portée et ne les quitte jamais.

Il sait que les cycles reprennent leur danse endiablée, il perçoit qu’à nouveau les yeux vont se dessiller, il se réjouit d’avance de ce qui s’annonce

un grand ménage de printemps,
une vague de purification,
un souffle d’énergies,

où lui est ses semblables se révéleront,
où les humains enfin comprendront,
où la planète sera pacifiée, et retrouvera sa place dans l’éternité.
Mais cela n’est pas encore. Il n’est pas pressé.

Alors il reprend ses chants, sous ces pierres levées. Il goutte à la rosée du matin et au vent des papillons,

Et il se dit que l’Univers est beau, et plein d’encouragements.

Écrire commentaire

Commentaires: 0