La nuée ondoyante

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Elle coule dans le fond d’une vallée. Sa progression épouse toutes les courbes et les plis du terrain qu’elle embrasse. Elle ne se presse pas, se laisse glisser sans peine, tout juste effleurée par un vent léger.

Elle est blanche et cotonneuse, elle est légère et brumeuse, elle est souple et belle, elle est l’air et l’eau liés.

Elle s’amuse en peu durant son cheminement. Elle enroule tous les sapins qu’elle croise d’un manteau blanc et doux, les transformant en cônes immaculés. Elle cache quelques biches et faons en son sein, certaine de les protéger des regards indiscrets. Elle se tortille par moments, sous les chatouillis des oiseaux, toute guillerette de leur compagnie.

Elle ne sait pas où elle va, elle ne s’en inquiète pas. Elle avance avec sérénité, vers ce qu’elle aperçoit au loin : ce grand fleuve lumineux. Elle se guide à ses reflets, tantôt éclats, tantôt brillants.

Elle se doute qu’elle n’a pas encore accompli toutes les transformations qui lui sont imparties. Elle a commencé flaque d’eau et gouttes d’humidité, pour devenir ce serpent aérien, mais ce n’est que le début, l’initiation sur le grand chemin, de l’évolution et de la destinée.

Alors elle regarde ce fleuve qui l’attend, avec confiance et sérénité. Elle ne regrette pas de devoir bientôt quitter sa légèreté et son étendue, pour ce changement inattendu. Elle est curieuse, c’est tout, sans plus de regret ni d’envie.

Elle continue donc à progresser, avant la rencontre programmée, telle qu’en elle-même : patiente et vaste. Elle se dit que peut-être d’ici-là, le soleil l’aura vaporisée, transformée en nuage ou en vapeur colorée par le ciel et ses tons bleutés, mais elle ne s’inquiète pas :

 

Ainsi va la vie ici-bas.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0