Le tétras blanc

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net/

Il n’est pas inquiet, posé sur cette congère. Il étend ses ailes, il les nettoie avec application, sans oublier la moindre plume, le moindre débris. Il plonge son bec dans son ramage dense et fourni. Il picore les insectes qui s’y réchauffaient, il arrache le duvet superflu.

Il se fait du bien, il se papouille et il a raison.

 

La saison a été animée en effet. Il a fallu louvoyer entre les chasseurs, tâcher de se nourrir malgré tout, trouver, ou plutôt retrouver, ce partenaire entrevu ; construire un nid, s’occuper des petits, et s’amuser aussi.

À peine le temps de le réaliser que l’hiver est déjà arrivé. Cela ne le dérange pas d’ailleurs, c’est une saison qu’il aime bien. Une de celles où les cavalcades se calment, où l’urgence disparaît, où l’on doit ralentir cette course qui nous accaparait.

Une saison pour soi, une saison pour se faire du bien ; un temps de réconciliation et de redécouverte, avec ce qui nous anime au fond ; un temps de mue, un temps de labeur, pour abandonner ces couleurs criardes et laisser émerger cette beauté sans fard,

 

virginale et duveteuse, sa vraie nature enfin.

 

Le plumage qu’il arbore est en effet singulier : blanc comme neige, piqueté de petites touches sombres et choisies. Une parure de princesse des neiges, un manteau de pureté.

Qui lui va à merveille, qui l’habille de lumière et d’éclats, en parfaite adéquation avec son environnement.

 

Alors il peut s’autoriser à poser du haut de ce paysage de cristal que le soleil illumine de ses rayons froids.

 

Rien ne presse, tout arrivera d’ici peu.

 

Le dégel annoncé, le printemps nouveau.


La température qui grimpe, chacun qui se fait beau.

L’astre du jour qui réchauffe et invite au bonheur espéré.

En ces journées froides et calmes, il n’est nul besoin de s’interroger, sur les projets à faire, sur les précautions à prendre, sur les provisions à amasser. Ce tétras en a assez fait pour le moment, il lui appartient de souffler, de profiter de l’instant, de ne se soucier de rien, de faire le beau avec talent.

 

L’Univers se charge du reste et c’est un beau cadeau : se laisser porter, se laisser chouchouter ; se dire que l’on est heureux, que les jours sont beaux, à se succéder comme autant de présents.

 

Qu’importe la mission, qu’importe le destin ! Ce n’est pas le moment, ce n’est pas l’endroit. Il convient juste d’être soi, et c’est déjà beaucoup.

 

Alors s’envoler ou faire une course dans les futaies ? Alors s’enterrer ou se planter en haut d’un cyprès ? Alors chanter ou roucouler à foison ?

 

Tout cela à la fois ! Tout cela tout le temps !

Se sentir libre, se sentir grand, se sentir bien.

 

Et le futur naîtra, de ce présent accepté.


Et le bonheur viendra, de ce don de gaieté.

 

Tout simplement.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0