La salamandre

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net

Une fulgurance noire et dorée, un trésor d’animal qui rayonne de tous côtés.

 

Il faut imaginer une caverne sombre et humide d’où suintent les remugles des rêves enfuis, où dégoulinent les larmes de ce qui n’a pas été, où la seule issue possible est déjà inondée.

Il fait plonger au cœur de ce trou d’eau, sombrer dans les remous de ce torrent oublié et se laisser déborder par des rapides souterrains.

Il faut toucher le fond, du désespoir, de la solitude pour comprendre la tristesse de la vie et ses coups de plus en plus rudes.

Il faut se voir allongée, dans cette boue froide et collante, seule, nue et abandonnée par une mère démente.

 

Et il importe alors de ressentir combien cette salamandre est la solution et l’avenir.

 

Elle ne se cache pas, elle se révèle.

Elle n’est pas à disposition, elle décide de qui la mérite, elle.

Elle n’est pas offerte, elle se découvre, de la queue à la tête.

Elle n’est pas un cadeau, elle est le bon, le beau.

 

La voir apparaître est une grâce dont bien peu sont dignes, tel un miséricordieux signe. Elle a tant à donner, elle a tant à transmettre, que rares sont les élues qui y sont prêtes.

 

Regardez-vous d’ailleurs, le corps transi, la peau fripée, à crier votre solitude et votre perte, dans ces noires heures où vous perdez la tête. Vous ne savez plus qui vous êtes, vous avez oublié si vous ressembliez à un homme ou une bête. Vous ne pouvez plus vous en sortir, vous êtes désemparée, à ne plus voir ni présent, ni avenir, ni passé. Il n’y a aucune issue, il n’y a que des portes fermées, des précipices et des donjons hantés. Vous êtes seule, vous êtes perdue, vous n’avez plus que des cauchemars de spectres jamais vus.

 

Et pourtant la salamandre est là, et pourtant elle se tient devant vous, incandescente et belle, en un feu débordant d’étincelles. Elle ne bouge pas, elle vous observe avec attention, vous et vos cohortes de démons. Elle n’a rien à craindre de ce qui sourde de votre aura, elle sait déjà comment elle gagnera ce combat.

Elle est prête, elle est magnifique, elle va vous sauver, vous et votre panique.

Elle attend simplement le moment, ce point du jour où l’obscurité gagne, et les corps et les âmes. Elle sait que dans ce noir absolu, il ne restera plus que des vaincus, sauf ceux qu’elle va tirer vers la lumière, tandis que les anges déchus basculeront en Enfer.

 

Vous êtes transie, vous tremblez. Vous sentez enfin que vous êtes possédée par une âme qui n’est ni morte, ni réelle, mais vous vampirise telle une malédiction éternelle. Cette chose commence aussi à deviner qu’il est temps qu’elle retourne dans ce néant qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Elle s’agite, elle se débat, tandis que luit au fond de ce trou, cette flamme, cet éclat. Elle hurle de rage, elle gesticule et enfonce encore plus ses griffes dans votre cœur et votre énergie, en une pantomime ridicule et finie.

 

Il n’y a plus de place pour le malheur en vous, il est temps que la douceur rejaillisse de partout. Cette salamandre le sait, le voit et va vous débarrasser de tout cela.

 

Elle s’avance vers vous, majestueuse et sereine, tandis que l’entité vomit sa haine.

Il n’y a plus qu’elle et ce monstre, en un combat singulier.

 

Surtout, surtout, vous n’intervenez pas, vous laissez la salamandre faire ce qu’elle doit.

Oui, elle s’approche à vous toucher ; oui, elle vous dit de ne pas vous inquiéter. Ce qui vous hante n’est rien de plus qu’une goule ventrue et démente. Cette répugnante créature vous a mené la vie dure, à vous faire gémir et vous faire pleurer, alors que votre vie se déroulait.

 

Cette abomination prend fin aujourd’hui.

Cette malédiction est maintenant enfouie au fond d’un puits.

 

La salamandre vous a enveloppée, tel un enfant nouveau-né. Elle vous parle, elle vous berce, elle vous prodigue soins et caresses. Elle vous montre la voie, elle vous redonne la foi,

en vos possibilités, en vos talents,

en tout ce qui était dispersé aux quatre vents.

 

Elle vous chuchote à l’oreille des mots d’amour, des merveilles.

Elle vous donne la force et le courage de faire exploser tous les barrages.

Elle vous porte, elle vous nourrit, d’une énergie infinie.

 

La Lune s’est levée à présent.

Vous êtes debout sur un tertre, avec des fées et des elfes dansant.

Vous contemplez le spectacle magique, du ciel et de ses étoiles uniques.

Vous ne le savez pas encore, mais vous revenez d’entre les morts ; et pourtant, vous voilà, vous, solide et fière, en une admirable guerrière.

 

 

Vous voyez cette constellation, cette myriade de soleils en fusion ? C’est votre demeure bénie, c’est votre refuge attendu, ce foyer que vous croyiez perdu.

Vous allez retrouver le sens, de votre être, de votre essence.

Vous allez devenir cette ange qui pourra tout guérir.

Vous allez sauvez l’Humanité, après avoir embrassé votre destinée.

 

La salamandre vous regarde encore. Elle a fait de vous un trésor.

Profitez de ces dons, fait le juste, faite le bon,

Et ne pensez plus jamais que vous avez failli perdre la raison.

 

Vous êtes forte, vous êtes belle, vous êtes redevenue éternelle.

 

Une aube nouvelle s’annonce pour vous, remplie d’amour partout.

Écrire commentaire

Commentaires: 0