La boule de cristal

Laurent Hellot – 2015 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net

Translucide et pure, elle est posée sur un tronc, au beau milieu de la forêt. Elle luit avec douceur, dans les rayons qui traversent la futaie. Elle reflète avec gaieté les transports des grains de lumière qui s’amusent à la frôler et à chatouiller sa matière.

Elle ne se demande plus ce qu’elle fait là, perdue au beau milieu de rien. Elle a tant vu, tant connu, de l’alchimiste grognon à la magicienne noire, du lutin fanfaron au cachot du désespoir. Elle a été transbahutée, vendue, négociée, pendue. Elle est tombée dans des trous, au fond de coffres-forts, dans des ragoûts ou dans des transports, de la calèche à l’avion, de la vieille revêche au petit trognon.

Et elle finit là ce jour, au creux d’un petit vallon. Elle que tous s’arrachent, s’échangent contre de l’or ou une vache ; que tous veulent à tout prix, du sang ou des cris ; elle qui ne se sent pas l’âme d’une pythie.

Car là est son trésor, son secret : il est dit qu’elle connaît les trames des mondes, qu’elle sait naviguer par-delà les sens et les ondes, vers ce qui perd ou qui avance, vers ce qui renaît ou qui foudroie, vers vous, vers moi.

 

Une boule de cristal, ou d’éternité plutôt.

 

Elle n’a rien d’exceptionnel cependant : un brave artisan l’a polie, un autre l’a enchantée, un troisième l’a offerte, et le reste de l’humanité lui court après.

C’est curieux, c’est intrigant, de passer sa vie à traquer un si basique pouvoir, au lieu de profiter de l’instant et de ses ornements. Préférer une quête du bizarre, à la place du présent à voir. Passer à côté de son existence en espérant une fulgurance, une différence ; une sélection, une distinction.

Alors que nous sommes tous pareils : deux pieds, deux mains, un cerveau au milieu, et plein de questions autour. Mais les réponses ne viendront pas de notre persistance à interroger l’au-delà, mais bien de notre quête quotidienne pour l’incarner ici-bas.

Se croire investi d’une connaissance prisée, d’une magie d’initiée empêche de voir qu’à travers le reflet de ce cristal, c’est nous que nous interrogeons, et que les solutions ne sont pas dans ces visions, mais entre nos deux yeux : cette caboche qui s’obstine à chercher ce qu’elle a sous le nez.

 

Laissons donc cette boule où elle est, à distraire les lapins et les feux follets, et plongeons-nous au cœur de nos vies, pour les magnifier à l’infini.

 

Cette boule de cristal n’est rien d’autre qu’une distraction pour Béotiens, peut-être talentueuse et bénie, mais surtout pour nous complaire et nous perdre dans des rêveries.

 

Le monde ne se lit pas dans un caillou : il est tout autour de nous.

 

Alors levons la tête et faisons-lui fête.

Écrire commentaire

Commentaires: 0