Tranquille

Laurent Hellot - https://www.mediumtoimeme.net/

Allongé sur une chaise longue, le soleil bien haut.

Sans aucun stress d’aucune sorte, sans besoin de suer sang et eau.

Bienheureux et serein de n’avoir à rien faire, que de profiter de la mer, du sable et de l’air.

 

Et voilà que soudain une bande de gamins excités s’emploie à polluer l’atmosphère et à vouloir vous faire dégager. « Allons », disent-ils, « il n’est pas sérieux d’apparaître si indolent ! Bougez, bougez, agitez-vous dans le vent ! »

 

Vous êtes un peu surpris. Vous n’avez rien demandé et ne comprenez pas ce curieux intérêt. Vous hésitez. Ont-ils raison, ont-ils torts ? Et si ne pas s’affairer signifiait la mort ?

 

Et puis vous voyez un crabe, qui jusque-là était tapi, sous un monceau d’algues et un peu de sable défraîchi. Vous l’observez peiner, s’extraire et sembler si petit. Invisible il était, et d’un coup concrétisé.

Mais vous remarquez que vous n’êtes pas le seul à le lorgner : là-haut, un goéland n’a rien perdu de ce ballet. Il plonge en effet et s’empare sans coup férir de ce petit crustacé qui a commis l’erreur de ne pas attendre la marée.

 

Est-ce besoin d’en dire plus ?

 

Laissez braire les vociférants. Laissez couler les jours et le temps. Il sera bien l’heure de se lever, quand la fraîcheur tombera et que le barbecue sera allumé. D’ici-là, profitez, et de cette chaise longue et de cette pause méritée. Le reste, abandonnez-le à ceux qui ont envie de transpirer. Vous, votre choix est justifié :

 

se poser et en profiter.

Écrire commentaire

Commentaires: 0