Curieux

Laurent Hellot – 2018 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net

Un être étrange et coloré ; une femme à la chevelure bouclée.

Une nuit à la gaieté insoupçonnée ; un cauchemar qui s’enfuit à jamais.

Une fumée qui s’est envolée, et un lien qui s’est reconstitué.

 

 

Dormir et sombrer, dans les brumes des souvenirs et les rêves passés.

S’allonger et oublier ce qui nous pesait, ces enchaînements de journées.

S’abandonner dans un soupir à un repos bien mérité, dans le juste désir de se ressourcer.

 

 

Espérer que cette nuit ne sera plus celle de la peur et du doute, de ne pas comprendre d’où vient ce sentiment d’angoisse et de déroute, ce poids oppressant et cette pression qui s’arcboute.

Redouter que le sommeil ne soit une torture sans pareille, à ne souhaiter plus que des veilles et la lumière allumée.

Craindre pour soi et pour son équilibre à être ainsi le jouet de visions, comme une cible gorgée d’émotions.

 

 

Lâcher prise malgré tout, parce que l’on ne peut pas ainsi résister, à moins de devenir fou.

Sombrer dans les songes et les arcanes de mondes de vérités et de mensonges, à la simple lueur de notre âme libérée.

S’en remettre aux milliers d’étoiles et laisser retomber la conscience, tel un voile.

 

 

Voguer alors vers des rives que l’on ignorait. Sentir l’être qui dérive et se laisser porter.

Planer presque, dans un sentiment de légèreté et de liesse. Devenir soudain un ange rempli de curiosité et de hardiesse,

 

 

tout en dormant ;

tout en oubliant le temps ;

tout à ses envies, ainsi qu’un enfant.

 

 

Et se sentir bien, percevoir hier et demain, accepter de s’arrêter et de s’asseoir pour contempler son destin,

ces méandres d’entrelacs purs et beaux, comme une tapisserie, un tableau,

faits de possibles et de peut-être, de volonté de renaître,

 

 

chaque jour, chaque nuit,

dans ses plus splendides atours, de somptueux habits,

 

 

ceux qui nous vêtent et nous dessinent sur le corps l’horizon et ses cimes,

ceux qui réinventent notre chemin et nous esquissent, nous dessinent,

 

 

en une myriade d’êtres et de créatures, du nourrisson à l’ordure, de l’ourson à la boursouflure, de la méditation à la luxure,

 

 

ce qui fait ce que nous sommes, incarnés et réels, mais surtout des marcheurs éternels, dans les univers multiples, qui se cachent comme derrière des vitres, ici et absents, ainsi que des paravents, des mondes et des astres, des carrés ou des rosaces,

 

 

ces bulles de géométrie, ces cadres pour la Vie, ces routes pour renaître et devenir ce que l’on doit être,

 

 

libres et sereins, sans plus de quête, ni de destin,

juste dans l’instant, cette bulle en mouvement, immobile et tournoyante, rayonnante et transparente.

 

 

Alors se dire que les rêves n’en sont parfois pas, que ce qui nous fait hurler d’effroi n’est finalement que la conscience qui s’éveille et vient retrouver celle qui l’appelle, cette femme perdue jusque-là dans les orages, de souvenirs d’un autre âge, des scories d’un volcan endormi à présent.

Alors accepter que parfois tout ne puisse pas être expliqué, par des mots prononcés, la raison acérée, mais au contraire qu’il faille attendre ces moments où l’esprit ne peut que se rendre, fragile et démuni, à la merci de révélations qu’il ne dévoilait que par omission, irritations ou douleurs, tous ces maux qui suintent lorsque le corps a peur,

 

 

de l’abandon,

de la trahison,

des faux sermons.

 

 

Alors oser regarder en face, cet être étrange, fugace,

un tête tel un globe,

un corps telle une robe,

 

 

et comprendre soudain dans un éclair, qu’il ne s’agit que de son propre frère, son double, son jumeau, disparu depuis le berceau et venant retrouver celle qu’il avait perdu dans les étincelles d’un lieu blanc et froid, un espace qui n’en est pas, un enfermement humiliant et bas.

 

 

Sourire, sourire alors, de toutes ses dents, de toute sa joie qui est lumière et éclat,

de se savoir ainsi complète,

 

heureuse ou prête à l’être,

libérée et parée pour la fête,

 

 

celle qui célèbre la venue au monde d’un nouvel être.

Écrire commentaire

Commentaires: 0