Epines

Laurent Hellot – 2017 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net

Il n’y a pas que les pétales qui offrent cette séduction.

Il n’y a pas que le parfum qui conduit à l’addiction.

Une sensation étrange et nouvelle surgit de cet ornement épique et pointu qui habille d’une rose la tige nue.

 

Vous la voyez et la saisissez parce qu’elle est une merveille, parce qu’elle vous permettra de séduire votre belle. Cette fleur parée de toutes les qualités est l’outil qui doit vous autoriser à approcher votre aimée. Mais en empoignant cette beauté, voilà qu’une intense douleur vous fait crier : une, des épines vous lacèrent la peau et vous font saigner. Vous passez outre et vous portez votre main à votre bouche, pour soudain réaliser que ce n’est plus de douleur que vous grimacez, mais de la curieuse émotion qui vous fait frissonner.

Du plaisir, oui, à ressentir le goût du sang, le vôtre, même si vous n’êtes pas un vampire.

 

Vous regardez cette rose que vous tenez encore, à la fois surpris et embarrassé de tout cet émoi, si fort. Oui, elle est à l’origine de cette découverte. Oui, la perspective de cette violente sensation vous remplit de joie, vous tourne la tête.

Votre fiancée vous paraît bien fade tout d’un coup. Vous ne lui trouvez plus aucun charme, du tout.

Vous essayez de vous ressaisir malgré tout. Vous pensez à ses caresses et ses mots doux. Ennuyants. Creux. Banales. Bien loin de cet éclat brutal qui vous a révélé combien vous n’étiez qu’un pantin, à répondre docilement à ce badinage sans fin.

Vous comprenez alors que vous étiez endormi, dans une espèce de cocon présenté comme la vie,

 

sans aventure, sans joie,

sans désir, sans excitation quelle qu’elle soit.

 

Vous êtes à la fois furieux et excité, que cette compréhension soit enfin arrivée, mais avec un tel retard, qu’il vous semble qu’il faille dans l’instant tout lâcher pour rattraper tout ce que vous n’avez pu percevoir,

 

l’urgence d’explorer de nouvelles possibilités,

l’impatience de voir comment vous allez tout bouleverser.

 

Vous délaissez cette rose, non sans la remercier. Vous bazardez toute chose qui ne vous inspire pas du respect, de l’émoi ; vous fait sentir comme un roi.

Vous quittez cette routine parfaite, la maison, le travail, tout ce qui vous embête et vous n’éprouvez pas le plus petit début d’un regret. Au contraire, vous vous sentez léger, enfin à même d’être qui vous voulez. Oh, cela n’a rien de simple, non pas à expérimenter sans frein, mais à faire le entendre aux autres, à ceux qui croient avoir trouvé le chemin, la voie unique, le modèle pour embrasser un destin. Mais quelle carrière ?! Le confort d’une petite vie pépère ? La femme, les enfants, le crédit pour 120 ans ? Tout cela vous paraît minuscule, bien loin de ce que pourrait accomplir un Hermès ou un Hercule. Et vous êtes cet homme-là, maintenant, aujourd’hui. Vous pouvez décider de tout réinventer, vos rêves, vos projets, qui vous allez aimez ; vos voyages, votre réalité, ce que vous allez transcender.

Il n’y a pas de tristesse en vous, seule une jubilation, un rire un peu fou ; le sentiment d’avoir enfin compris ce que vous voulez faire de votre vie, non pas monter dans un train sur des rails parallèles, mais sauter dans un ravin pour y dénicher des merveilles.

 

Ce n’est pas un choix facile, même s’il est évident. Il a emporté bien des imbéciles qui se sont crus plus grands que leur être, que leurs besoins, et ne sont devenus que des bêtes à assouvir leurs bas instincts. Vous ne pouvez pas être de ceux-là, vous ne devez pas. Vous avez entre vos mains une puissance, un pouvoir aussi intense que du magma,

 

alors ne le gâchez pas.

 

Transformez-vous, oui, mais ne vous abaissez pas à la facilité, à faire ce qui existe déjà. Inventez-vous une existence à nulle autre pareille, sortez de votre coma et montrez à tous que vous êtes un soleil ; que rien ne peut plus arrêter votre course, dans les forêts ou dans la brousse et que la seule perspective qui sera la vôtre à présent, sera de rester vivant et incandescent, le symbole qu’un simple homme enfin réveillé peut ressembler sans se consumer

 

à une étoile de toute beauté.

Écrire commentaire

Commentaires: 0