Terra incognita

Laurent Hellot – 2018 © Médium toi-même ! - http://www.mediumtoimeme.net

Il n’y que le silence de l’espace et le noir parsemé d’éclats, un étrange moment de grâce qui n’existe que pour soi.

Il ne subsiste que la solitude et l’abandon de tout ce à quoi l’on croit, au sein de ces vastes mondes tout autour de soi.

Il n’y a plus de quête, plus de voie, seule une petite planète qui flotte, entre libération et désarroi.

 

Cette Terre tourne et ne s’arrête pas, en un mouvement incessant qui perturbe et berce à la fois, propulsant en altitude ou écrasant au sol froid. Elle avance, elle se fourvoie, elle recule, elle revient là où elle trônait autrefois. Elle ne s’embarrasse pas de rengaine ou de foi, elle continue à être ce qu’elle doit, mi-havre de paix, mi-champ de bataille où l’on guerroie, elle ne fait que poursuivre son chemin pour se libérer des chaînes qu’on lui voit.

 

Cette Terre flotte, se laisse bercer par les mouvements en asymptotes qui lui ont été donnés, mélange de mathématiques et de poupée qui gigote et que personne ne peut expliquer. Elle surnage, elle survit, dans ce vaste océan de mirages qu’est l’infini. Elle ne cherche pas son chemin, elle a déjà fait sien celui qui lui a été assigné, à la fois route semée de coussins et labyrinthe insensé. Elle poursuit son errance, sûre de son destin et sûre de sa chance, comme si quelqu’un lui tenait la main et guidait une danse.

 

Cette Terre gronde et mugit, faisant de sa surface ronde un enfer ou un paradis. Elle prodigue la douceur d’une plage réchauffée par un soleil sage ou l’effroyable carnage d’un tremblement du sol qu’elle n’arrête pas de secouer, ainsi qu’une déesse folle qui voudrait broyer ses fidèles et les prières qui s’envolent pour tenter de la calmer. Elle n’a cure des ravages et de la désolation qu’elle peut semer, car elle sait qu’elle peut transformer ses paysages en prairies surgies d’un sol brûlé, comme par magie, pour se réinventer.

 

Cette Terre berce et diffuse ses bienfaits, en autant de surprises que de cadeaux illimités, portés par la brise d’un changement naturel, qui appelle à lever les pensées grises et révéler les idées, celles qui ont toujours été apprises mais que l’on a oubliées. Elle patiente, inlassable, généreuse, pour que les êtres qu’elle chérit soient enfin conscients de tout ce qu’elle accomplit, en mère insondable mais bénie, qui donne tout ce dont elle est capable, les armes comme les fruits. Elle rêve qu’arrive enfin ce jour béni,

 

Où elle et les siens ne feront qu’un

Au sein d’un paradis.

Écrire commentaire

Commentaires: 0